Ciao Ettore Scola 

 

 

“Je me souvient de La Nuit de Varennes, sur La Terrasse où se tenait Le Bal, pendant lequel je faisais Le Fanfaron en racontant que j’avais accompli Le Voyage du Capitaine Fracasse, devant Les Nouveaux Monstres, une bande d’Affreux, sales et méchants, qui me vilipendait, Drame de la jalousie, car je parlais d’Une journée particulière, où j’avais connu une Passion d’amour, avec une femme qui me demandait tout le temps “Quelle heure est-il”que je quittais tristement en disant “Nous nous sommes tant aimé”. Ciao, Ettore.”

Texte Naqdimon Weil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *