Festival International du Premier Film d’Annonay : nous y étions !

Du 5 au 15 février 2016, la ville ardéchoise d’Annonay a été pour la 33ème année, le lieu à ne pas manquer pour tous les amoureux du cinéma. Pour cette édition 2016, la rédaction est allée à la rencontre de ce festival provincial pour en découvrir une partie des 60 films à l’affiche, entre avants premières et premières européennes.

Organisé pour la première année en 1984, le festival de cinéma d’Annonay s’est développé au fil des années avant de devenir un rendez-vous cinématographique à part. A partir de la 6ème édition, celui-ci est devenu le premier festival du premier film.

IMG_20160210_155001784

Un festival du premier film, qu’est-ce que c’est ?

Avant l’arrivée du Festival du premier plan d’Angers, le Festival du premier film d’Annonay était le seul en France. Cet événement consiste à récompenser les tous premiers films de réalisateurs inconnus dans le milieu du cinéma. Depuis sa création, le rendez-vous annonéen a déjà révélé de nombreux films au grand écran et a aidé les réalisateurs à trouver des distributeurs pour présenter les films dans l’hexagone et ailleurs.

Quatre catégories de films et quatre prix remis

Tout au long de notre semaine, nous avons pu découvrir des films originaux, d’une qualité exceptionnelle et différents des films que vous pourrez trouver dans vos cinémas préférés. Pour beaucoup de visiteurs locaux ou de départements et régions voisins, la semaine du festival a été le moment pour profiter de voir des films (certains en voient jusqu’à quatre par jour…) inédit en France, voir même en Europe.

12697173_10153916283682594_8370107381116861641_o
Le théâtre des Cordeliers, principal lieu du festival

Cette année, les 60 films diffusés sur pas moins de 125 séances ont été classé sous forme de quatre catégories. La première et plus connue, celle des films en compétition qui comptait neuf œuvres internationales. La seconde catégorie, celle des films hors compétition, comptait au total 21 films. Pour jeunes et nouveaux talents du cinéma, une catégorie spécifique composée de 9 films avait été ouverte. Enfin, une dernière était consacrée aux nouveaux films de réalisateurs révélés au festival auparavant.

12658052_10153881971907594_2493762739937931645_o

La catégorie en compétition – dont nous avons pu visionner l’ensemble des films – a récompensé  dimanche 14 février 4 des 9 longs métrages, le temps d’une soirée spéciale remise des prix. Trois ensembles de jurés ont participé à ces récompenses : le jury principal, composé de 7 membres présidés par les réalisateurs Baya Kasmi et Michel Leclerc, était en charge de décerner 2 prix : le Grand Prix et le Prix Spécial du Jury. Le second groupe de jurés était composé de 16 lycéens, présidés par l’actrice Solène Rigot. Ensembles ils décernés le Prix du Lycéen. Enfin, le troisième et dernier prix avait été décerné par l’ensemble des spectateurs présents dans les séances. Vous trouverez le palmarès de la cérémonie en fin d’article.

12356685_10153779077562594_3023257474346422453_o
Les 9 films en compétition

Des réalisateurs, réalisatrices, acteurs et actrices présents à l’événement

Pour cette 33ème édition, chacun des films en compétition ont été représentés lors de la Cérémonie de remise des prix. Dans la semaine, 2 journées spéciales ont été mises en place : une soirée sur une sélection des films des frères Lumière, à l’origine du cinéma et qui a été accompagné par les commentaires de Fabrice Calzettoni, responsable du Service pédagogique de l’Institut Lumière à Lyon.

Le mardi 9 février a accueilli Patrice Leconte, le temps d’une conférence sur sa vie de réalisateur, avec un détour sur son fameux film Les Bronzés Font du Ski.

12711002_1657744401153034_6079135643745274781_o.jpg
La conférence de Patrice Leconte – Photo : Le Dauphiné Libéré

Les 9 films en compétition ont tous été représenté lors du dernier week-end du festival. A cette occasion, nous avons pu en profiter de discuter avec certains acteurs et réalisateurs. La proximité entre le public et ces invités du monde du cinéma est vraiment un point fort de l’événement : il sera probable de  boire un verre à côté de la table de personnalités connues du monde cinématographique.

Le Nid Du Festival 

Comme nous vous le disions, il est possible chaque année d’aller prendre un verre ou bien de se restaurer entre deux films. La ville d’Annonay a en effet mis en place à côté du lieu principale du festival, une salle équipée d’un bar et d’une petite scène où se produisent des musiciens locaux. A l’extérieur, des food-trucks proposant sandwichs, soupes et ravioles vous seront proposés. Il y en a pour tous les goûts !

 LogoNid-e1454335623605-300x153

Notre liste des films coup de cœur de l’année 

Pour notre rédacteur présent sur place, quelques-uns films l’ont marqué, que ce soit par leurs réalisation, originalité ainsi que de leurs sujet et scénario.

Pour son scénario : nous noterons le film danois de Samanou Acheche Sahlstrøm nommé IN YOUR ARMS

Pour l’originalité : PIKADERO, un long métrage basque de Ben Sharrock (première française au Festival)

Pour sa réalisation : le premier film de László Nemes, hongrois nommé LE FILS DE SAUL

Et pour son sujet : le fabuleux huit-clos iranien réalisé par Nima Javidi et nommé MELBOURNE

Inyourarms_photo-1024x682
In Your Arms
Melbourne_pano-1024x356
Melbourne
Pikadero_pano-1024x356
Pikadero
Lefilsdesaul_photo-1024x682
Le fils de Saul

PALMARES DE LA 33eme EDITION

Grand prix du jury : SLEEPING GIANT, d’Andrew Cividino (Canada)
Prix spécial du jury : KEEPER, de Guillaume Senez (Belgique / Suisse / France)
Prix du jury lycéen : IN YOUR ARMS, de Samanou Acheche Sahlstrøm (Danemark)
Prix du public : 3000 NUITS, de Maï Masri (Palestine / France / Jordanie / Liban / Émirats arabes unis / Qatar)

LE MOT DES PRÉSIDENTS DU JURY A MOUSTACHES & FOURCHETTES

MichelLeclerc-web-150x150

« J’ai adoré ce festival. D’abord à cause des films, d’un niveau vraiment excellent. Ca fait toujours du bien de se confronter aux jeunes cinéastes et puis aussi à cause des joutes cinéphiles au sein du jury. Quelle bonne idée que ce jury soit constitué – à part Baya et moi – de cinéphiles et non de professionnels. On sentait leur passion pour le 7ème art et c’est très agréable et instructif. » Michel Leclerc, propos recueillis par Hadrien Augusto.

BayaKasmi-web-150x150

« J’ai été enchantée de cette expérience. C’était passionnant de débattre avec des cinéphiles venus de tous les horizons. Je n’ai jamais vue de délibérations plus passionnées. On n’était pas d’accords mais tout le monde savait défendre ses envies de cinéma… Les gens s’écoutaient, c’était vraiment intense. Vraiment ce festival est génial. Les films de la sélections étaient magnifiques, dans des styles très différents… J’ai eu l’impression d’être plongé dans le cinéma pendant 5 jours. L’équipe est fantastique et il y a quelque chose de très réjouissant et apaisant dans le côté village du festival… Pendant plusieurs jours on se côtoient tous, publics, jurys, équipes… On mange dans les même endroits on boit des coups ensembles, on parle des films, on échange, on va au cinéma… Bref, j’espère pouvoir revenir l’année prochaine ! » Baya Kasmi, propos recueillis par Hadrien Augusto.

Texte : Hadrien Augusto
Photos : Hadrien Augusto, Le Dauphiné Libéré et Festival Premier Film Annonay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *