Le nez dans l’écran : Des séries en série

le

 

Acte 2, “NFS, chimie, iono, gaz du sang”

Donc, en ce 27 juin particulièrement chaud, vous êtes tranquillement installé dans le canapé devant la télé, Daniel Bilalian vient de vous raconter la défaite de l’équipe de France en demi-finale de l’Euro, et puis la litanie d’attentats, de scandales et autres marronniers, l’animatrice météo vous explique que demain il fera chaud et que la soirée se poursuivra par la diffusion d’une nouvelle série américaine dont tout le monde parle. Par désœuvrement, vous restez sur la 2 et vous voyez un jeune médecin à la calvitie naissante prendre en charge un collègue brun, genre beau gosse, mort saoul. Mouais. Encore un soap, vous dites-vous, déjà prêt à zapper d’un pouce impitoyable. Et puis d’un coup, la scène explose, une ambulance déboule toutes sirènes hurlantes et le rythme s’emballe, un massage cardiaque plein cadre, sans filtre, caméra à l’épaule, les toubibs réclament “NFS, chimie, iono, gaz du sang !!!” et vous voilà assis, haletant, sur le bord du divan, tendu comme un arc, espérant sauver cette victime. C’est fait, vous avez tout avalé, l’hameçon et la ligne, bienvenue dans Urgences !

ee61fadcc85afc4fc9d25fc1e91b5008

Des séries médicales, ça fait longtemps que la télévision américaine en propose, mais il s’agit souvent de drames psychologiques ou de séries enquête-réflexion, où le médecin remplace le détective de service. Là, pas du tout. Totalement dans l’esprit des arcs scénaristiques de Steve Boshco, la série reste toujours au niveau de son univers, les interrelations entre les soignants, leur hiérarchie, les patients, l’univers autour, avec en permanence 5 ou 6 personnages principaux, et en fil rouge, le jeune externe John CarterNoah Wyle – qui fera toute sa carrière médicale au Cook County Hospital, du moins jusqu’à la 12è saison. La série se veut réaliste, elle possède un bataillon de conseillers médicaux spécialisés dans l’urgence et si elle prend des libertés avec la vérité scientifique, elle offre toujours une vision vraisemblable des choses, opérations filmées sans filtre et taux de mortalité non négligeable. C’est l’intrusion de la vie toute crue dans un rythme hebdomadaire, avec les problèmes de sécurité sociale, les erreurs médicales, les luttes de pouvoir. Aucun personnage n’est un super-héros, les fêlures et les trahisons se multiplient, les caractères changent et surtout, tout est humain, très humain. En 15 ans de diffusion, des générations de médecins, d’infirmiers/ères et de patients/es vont se succéder, s’aimer, se haïr, travailler, sauver des vies, démissionner, mourir, toujours sur un rythme effréné et avec une caméra mobile, s’offrant parfois des effets de réalisation incroyables – comme l’épisode Maternité, tourné par Quentin Tarentino ou l’épisode Direct aux Urgences, tourné et joué en temps réel ! Alors, même si vous n’aimez pas la vue du sang et que vous n’avez pas la moindre idée de ce qu’est un plateau de thoracotomie, ou si vous voulez découvrir le premier grand rôle de George Clooney, inscrivez-vous d’Urgences au Cook county hospital !

a5541276b144445d0231a978545337b7

La prochaine fois, des amis qui papotent et des flics qui ont le blues…

Urgences, 15 saisons en DVD, Warner Home Video

Texte Naqdimon Weil

1cd7417268393e3712915c2f2e92731a

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *