Le nez dans l'écran : Les petites chaines qui montrent

le

 

Il me faut bien le reconnaître, je suis extrêmement content de ne pas être un vrai critique de cinéma. Certes, ces braves gens bénéficient de la gratuité dans les salles obscures – et encore, ça dépend des productions, la dernière mode pour certains blockbusters étant de n’autoriser à venir que les journalistes à la plume aimable –, vont aux projections de presse – la projection de presse, c’est comme les défilés de haute couture, des gens triés sur le volet qui adorent ce qui se passe sur le plateau mais qui se sentent obligés de faire la fine bouche –, sont publiés dans le Triangle des Bermudes de la Culture – Libé, Le Monde, Télérama – et ils s’en réjouissent. Mais ils doivent tout de même se taper tout ce qui passe, depuis la grosse production hollywoodienne avec extra-terrestres et fusils laser qui font “Gzzouik” jusqu’à l’obscur et désargenté moyen-métrage moldave sur le mariage d’un berger tueur en série sourd-muet avec sa cousine éleveuse de vers à soie, enfant sauvage élevée par des ragondins musqués dans des forêts plus dépressiogènes qu’un quart de brie industriel. Pour ma part, et malgré l’épée de Damoclès des sauriens de Jack Moustache, je n’ai pas à me forcer et je m’en félicite.

Tiens, par exemple, cette semaine, au cinéma, c’est morne plaine et pour les séries, il va falloir attendre la sortie de la Section Zéro d’Olivier Marchal sur Canal Plus pour avoir un peu de neuf à se mettre sous la dent. Et ne voulant faire des Séries en série chaque semaine, aujourd’hui, petite incursion dans le monde merveilleux des chaînes internet traitant de cinéma et de pop culture. Du moins, dans trois d’entre elles qui, à mon sens, sont les meilleures du genre.

Tout d’abord, à tout seigneur tout honneur, Crossed et Chroma, de Karim Debbache, dont j’ai déjà évoqué le nom précédemment. Ce jeune cinéphile et ses acolytes, Gilles Stella et Jérémy Morvan, font un impressionnant travail de critique et d’analyse des films en les remettant dans leur contexte, sur un ton à la fois drôle, savant et décalé. Grâce à eux, par exemple, j’ai découvert l’extraordinaire King of Kong, dont je vous recommande hautement la vision, surtout après avoir écouté l’excellente chronique sur celui-ci. De plus, comme ils ne sont plus liés aux jeux vidéos, qui était le concept de Crossed, avec Chroma, ils étendent leurs analyses – et leurs déconnades – sur une plus grande échelle, ce qui est tout à fait jouissif. Et tout ceci, sur un rythme incroyable, bourré de clins d’œil parfaitement hilarants.

chroma-ulule-karim-debbache_5451011

Dans un autre style, mais avec autant de qualités, précipitez-vous sur Le fossoyeur de film. Plus généraliste mais aussi drôle, François Theurel s’intéresse pour sa part autant à certains films qu’à des catégories générales – le diptyque Les bons remakes et Les mauvais remakes devrait être diffusé dans toutes les écoles de cinéma – et il fait aussi de la critique de sortie récentes, dans sa rubrique L’après-séance. Evidemment, il prend position, parfois de manière abrupte mais toujours avec humour et talent, ce qui ne gâte rien. Bref, de l’intelligent et du drôle, que demander de plus ?

Francois-Theurel

Enfin, la plus ancienne chaîne des trois, Le joueur du Grenier. S’ils traitent peu de cinéma ou de série – quoi que – Frédéric Molas et Sébastien Rassiat, son preneur de son/souffre-douleur/complice, abordent avec bonne humeur – et d’homériques colères – le retro-gaming, les jeux vidéo des années 80 et 90 sur les différentes plateformes. Généralement marrants, parfois de mauvaise foi, toujours inventifs, les deux compères ont su faire évoluer le concept vers des dimensions plus généralistes, avec Papy Grenier, par exemple, et ont développé un ton délirant de plus en plus outré et n’hésitant pas se mettre en scène dans des situations totalement hilarantes depuis deux ou trois saisons. Tiens, depuis que Karim Debbache les a rejoints pour l’écriture. Décidément, il a tous les talents, ce garçon !

The-King-of-Kong-A-Fistful-of-Quarters-Documentary

Voilà de quoi occuper intelligemment l’écran de vos PC, tablettes et autres smartphones !

Crossed et Chroma, de Karim Debbache, Gilles Stella et Jérémy Morvan sur Dailymotion

Le fossoyeur de film et L’après-séance, de François Theurel sur Youtube

Le joueur du Grenier et Papy Grenier, de Frédéric Molas, Sébastien Rassiat et Karim Debbache sur Youtube

The King of Kong: A Fistful of Quarters, documentaire américain de Seth Gordon, 2007, sur Youtube

Texte Naqdimon Weil Le Moustachus de l’écran

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. sumypierre dit :

    Les trois piliers de la pop culture à mes yeux, ce sont certainement les plus faciles à appréhender, même pour le néophyte, et c’est là toute leur force.

    A noter dans le cas de François Theurel, son émission Film Wars sur Dailymotion qui apporte une dimension humaine au “behind the scene” en se penchant sur les tournages qui ont mal tourné (c’est le moment de le dire). Elle vaut le détour, au même titre que ses critiques ou les épisodes du Fossoyeur.

    1. jackonline dit :

      Merci de votre commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *