Adieu Michel !

Adieu, délicieux plaisirs honteux ! D’accord, Michel Galabru était un grand. Un très grand même. “Le Juge et l’Assassin” de Tavernier, c’est lui. “Subway” de Besson, “Kamikaze” de Grousset, c’est encore lui, passant du flic bougon au psychopathe vengeur avec classe. Le Gendarme, toujours lui, formidable Adjudant Gerber sadisant son Maréchal des Logis Cruchot pour l’éternité….